Another look on my Country, Guadeloupe

L’idée de base est simple, par le prisme du cinéma proposer une réflexion sur les Antilles plus particulièrement sur les problèmes souvent méconnus par le grand public de la montée de la délinquance sur ces petits paradis sur terre de la caraïbe où 20 % des jeunes sont au chômage.

Teddy_banniere_test-1483758937

/ SYNOPSIS /

Teddy se réveille en sursaut de ce rêve un peu spécial, il n’a pas le temps d’en chercher la signification que déjà, il est pris à parti par son père et cela ne va pas s’arrêter là. Au cours de cette journée, il n’aura de cesse de se confronter a ses congénères, à la société guadeloupéenne en général et il devra bon gré mal gré prendre des décisions importantes pour son avenir.

/ LE SCENARIO /

Comment un geste d’une extrême brutalité naît-il ? Le cheminement vers l’irréversible m’intéresse énormément en termes cinématographiques.

Après mon diplôme à la New-York Film Académy, je cherchais donc, une histoire a raconter qui me permettrait de montrer le cheminement psychologique d’un personnage. Quelqu’un à qui la vie donnerait constamment des coups et qui las de ne pouvoir se défendre, exploserait.

C’est à cette même période que les chiffres de la violence dans les Outre-mer, ont fait la Une des journaux nationaux notamment en ce qui concerne la Guadeloupe. Étant originaire des Antilles et voulant placer la caraïbe au cœur de ma pensée cinématographique, j’ai sauté le pas, ai écrit cette histoire qui me tient à cœur…

Teddy est ce personnage qui constamment semble en porte-à-faux avec ses congénères, il ne fait jamais ce que l’on attend de lui, il n’est jamais au bon moment au bon endroit, c’est le vilain petit canard. Face à lui des personnages mieux intégrés à la société qui à leur manière voudraient aider Teddy, mais celui-ci ne perçoit que le reproche dans leurs mots. En mélangeant les ingrédients du drame social et du thriller, je cherche à entretenir le suspens du début à la fin du film, mais au-delà de ça proposer une esthétique purement caribéenne, dans un univers encore très peu montré au cinéma : Un urbanisme assez froid placé dans un décor tropical, des personnages autant influencés par la stylistique hip-hop que par le multiculturalisme créole. Une vraie réflexion sur ce que pourrait être le cinéma caribéen.

/ LA MISE EN IMAGES /

Le film est construit sur la sensation de deux atmosphères qui s’affrontent. Le rêve d’un côté et la cruauté des rapports humains de l’autre.

Ces deux entités se pourchassent tout au long de l’histoire. Dans ce dispositif, un soin tout particulier est apporté́́ à la photographie. Le film tel que je le conçois joue sur la stylisation de l’image, un mélange antinomique de clip vidéo et de naturalisme. Le rêve est porté́́ par les décors de cette île paradisiaque gorgée de soleil et de végétaux, caractérisé par une caméra flottante, des plans très larges, de la longue focale, des effets de cinéma comme le plan séquence.

Ce sont les moments où̀̀ Teddy est seul sur sa moto, les moments où il se déplace et bien sûr, toutes les visions qu’il a au cours du rêve en début de film.

Ces moments de rêve sont contrebalancés par des moments d’interactions avec ses congénères qui sont source de frustration pour Teddy.

Lors de ces échanges, le dé́cor s’efface, la caméra se rapproche alors de Teddy et de ses interlocuteurs pour capter le regard, les gestes au plus près de cette mise en scène qui devient alors quasiment du reportage, caméra à la main.

La place accordée à la caméra et à la lumière dans ce dispositif, sera également primordiale. La variation des distances (gros plans, plans plus éloignés), le choix d’un regard caméra, constituent des éléments de langage et de mises en Scène, indispensables à la réussite de l’entreprise.